Atao Nantes: le vélo, toujours…

« Désolé on ne fait pas ça ici. Mais allez chez Atao Velo, ils vont vous trouver quelque chose… » Tous les cyclistes à Nantes ont au moins une fois dans leur vie entendu cette phrase quand il s’agissait de changer une clavette, une tige de selle au diamètre exotique ou de trouver un vélo d’occasion à prix plancher. On entend un peu de tout quant au bien fondé de cette institution du vélo à Nantes: dépôt vente, recyclage, magasin de pièces détachées, atelier… Tout le monde sait ce qu’on peut y trouver, sans pour autant connaitre le cœur et l’âme de ce chantier: les hommes. Décryptage avec Rémy Loriot, responsable de l’encadrement du chantier d’insertion Atao Velo.

Nos gars apprennent les bases du métier de mécano cycle, mais deviendront peut être boulangers, plombiers… le vélo n’est qu’un moyen…

Atao Insertion est une association Loi 1901 créée à Nantes en 1999 qui regroupe 8 chantiers d’insertion sur des activités variées (automobile, réfection de sièges, métallerie…) dont le chantier Cycles. C’est le chantier le plus ancien de l’association et emploie actuellement 13 personnes en insertion. Au vélo comme sur les autres chantiers, le but est l’insertion sociale et professionnelle par l’économie de personnes en situation de précarité ou d’exclusion. « A la sortie, les employés mécaniciens vélo auront appris le fonctionnement d’une boîte, la dynamique du travail et pourront construire leur projet professionnel de manière accompagnée et méthodique » nous disent Rémy et son assistant Mehdi Tahar. « Nous avons un fonctionnement similaire à un magasin de vélo et nos gars apprennent les bases du métier de mécano cycle, mais deviendront peut être boulangers, plombiers… Notre satisfaction est de les voir trouver leur voie et un job après, le vélo n’est qu’un moyen… »

Tout m’intéresse. On démonte. On récupère. On recycle. Et pour une centaine d’euros, vous avez un vélo de caractère quasi neuf. Pas mal, non?

En attendant, Atao Velo vend et répare tout type de vélo sur Nantes (sauf VAE, Vélo Carbone et les systèmes hydrauliques) et deale tout composant qu’il soit d’occasion ou neuf. Le stock de pièces d’occasion est impressionnant tout comme celui des vélos, environ 700, dont une centaine est proposé à la vente et le reste est en attente de bons soins. « Le principe? Le don de vélo. Nous nous déplaçons sur rendez-vous pour aller chercher TOUT vélo dont les gens voudraient se débarrasser. Et j’insiste: TOUS. Du plus rouillé et déglingué au vélo quasi neuf. Tout m’intéresse. Je récupère ce qui est récupérable, une poignée de frein par-ci, un pédalier par là… Et on recycle. On remet les vélo au propre, parfois avec l’aide de composants neufs et on les propose à la vente. Pour une centaine d’euros, vous avez un vélo de caractère avec câblages, gaines, patins de frein, chambres à air et pneus neufs. Garantie 2 mois. C’est pas mal, non? » Ouais c’est pas mal, et ça plaît. Les clients qui cherchent à 80% du temps un vélo de ville ou VTC pour eux ou pour leurs enfants repartent avec le graal pour peanuts et la satisfaction d’avoir œuvré pour la société et l’environnement.

La concurrence des magasins de vélo? Personne ne marche sur les plates-bandes de l’autre, et le client trouve dans tous les cas son bonheur. Et puis notre métier, c’est l’insertion…

Face à un tel modèle économique et sociétal, on est en droit de se poser la question qui fâche: quid de ces magasins de vélo de centre-ville qui pourrait se plaindre d’une concurrence bien sévère sous couvert d’action sociale? En haussant les sourcils et esquissant un sourire, Rémy est à l’aise: « C’est tout le contraire! un tiers de nos clients viennent de Trajectoires Cycles, Urban Cycles ou encore Lemaitre. Avec ces magasins historiques, nous avons presque un partenariat tacite. Nous vendons des vélos qu’ils ne vendent pas, nous réparons des choses qu’ils ne réparent pas… et vice-versa. Personne ne marche sur les plates-bandes de l’autre, et le client trouve dans tous les cas son bonheur. Et puis notre métier, c’est l’insertion… »

Tous les voyants sont au vert pour le chantier cycles d’Atao qui depuis 3 ans et demi voit sont activité croître après avoir essuyé une période délicate. En 2013, deux employés sortant d’Atao Nantes ont été embauchés chez Decaux comme mécaniciens pour Bicloo et un chez P2R, grossiste local de composants pour vélo. « Ce sont pour ces exemples de sorties positives que nous bossons tous les jours, c’est ce qui nous apporte le plus de satisfaction » se réjouit Rémy. Et on le comprend. Ce passionné de vélo ancien et de « vieux trucs » le rappelle souvent dans les briefings d’atelier: « J’ai été à [leur] place. J’ai commencé en chantier d’insertion tout comme [eux], et puis je me suis accroché, j’ai bossé, et maintenant je souhaite transmettre ça, cet élan positif, cette dynamique de boulot. De bon boulot. »

Alors un conseil: courrez chez Atao Vélo, 7 rue du Lamineur à Saint Herblain, et on parie que vous repartirez en roulant.

A suivre l’ITW de Rémy Loriot, dans un prochain post…

Atao Insertion: http://www.atao-insertion.fr

Trajectoires Cycles: http://trajectoirescycles.com/

Urban Cycles: http://www.urbancycle.net/

racks-atelier-atao-nantes-velo-etc job-atelier-atao-nantes-velo-etc outils-atelier-atao-nantes-velo-etc cles-atelier-atao-nantes-velo-etc atelier-atao-nantes-velo-etc roues-atelier-atao-nantes-velo-etc remy-mehdi-atao-velo